Actualités

  •  

     Soutien de notre revue à notre collègue Jean-Claude Kauffmann

     

     Le Comité exécutif de l'AFS a mis en ligne un communiqué en soutien à Jean-Claude Kaufmann. La revue Esprit critique s'y associe. Vous pouvez signer et faire circuler. Défendons la sociologie !! http://www.marchepourlessciences.fr/a-propos/soutien-a-jc-kaufmann/

    « La sociologie ne marie personne »

    Jean-Claude Kaufmann, notre collègue sociologue, fait actuellement l’objet d’une poursuite pour diffamation. Il avait déclaré, en novembre 2016[1], que la prétendue analyse sociologique et scientifique des relations de « séduction » dans la première saison de l’émission « Mariés au premier regard », diffusée par M6, constituait une imposture.

    Nous, membres du Comité Exécutif de l’Association Française de Sociologie (AFS), de l’AFS et de la communauté des sociologues, soutenons totalement Jean-Claude Kaufmann. Nous tenons également à exprimer notre préoccupation devant ce qui apparaît comme un risque majeur d’exposition des scientifiques à la judiciarisation d’une controverse qui aurait dû se dérouler ailleurs que dans l’enceinte d’un tribunal.

    Préférer l’action en justice à l’argumentation rationnelle, c’est répondre aux exigences de sérieux scientifique par le musellement. Puisque le plaignant entend se présenter comme « sociologue », ses propos comme des vérités scientifiques, et qu’il souhaite en débattre, on ne saurait trop lui conseiller de soumettre à une revue de sociologie les résultats de ses « recherches ». Le progrès scientifique procédant par l’argumentation et la contre-argumentation et non par l’intimidation, il serait alors en mesure d’éprouver la validité sociologique de ses propositions. S’il n’existe ni conseil de l’ordre des sociologues, ni titre règlementé, notre discipline, comme toute science, est régie d’abord et surtout par les règles élémentaires de l’évaluation par les pairs et de la critique collective. Le fait d’être titulaire (ou non) d’un diplôme n’a jamais été un argument recevable pour établir le caractère scientifique d’un énoncé.

    Nous partageons ainsi l’analyse de notre collègue Jean-Claude Kaufmann[2] : telles que présentées dans l’émission au moment de sa diffusion, rien ne permet de considérer les thèses du plaignant comme scientifiquement fondées. Les méthodes employées, l’absence de référence scientifique sérieuse et leur intention prophétique laissent à penser que ces « théories » tiennent de la mystification. La revendication de scientificité sans contrôle est le terreau des « faits alternatifs » et de la « science bidon », préjudiciables tant pour la science que pour les publics floués par une « expertise » trompeuse.

     

    Le Comité exécutif de l’Association Française de Sociologie

    [1] https://www.20minutes.fr/…/1953671-20161104-maries-premier-…

    [2] https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/…/d%C3%A9fendon…

     

     






Afficher les autres actualités